Essai Gratuit
Menu
Essai Gratuit

Les Priorités 2019 du Directeur Financier  selon PwC

Amandine G.
Jan 7, 2019 1:40:54 PM

Le pilotage des données, outil de croissance, reste en pôle position

Les priorités 2019 des directions financières ont été révélées par PwC, en partenariat avec la DFCG (association nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion). L’étude confirme que le pilotage de la performance est en tête des priorités, suivi par l’accompagnement à la stratégie de croissance, la gestion du cash et l’optimisation des processus. Dans un contexte d’avancées technologiques marqué par de nouveaux modèles de croissance, les principaux défis à relever par l’ensemble des directeurs financiers sont connus, à savoir l’évolution de leurs compétences, la gestion des talents et le risque exponentiel des cyberattaques.

Priorités des directions financières

Pilotage de la performance

Le pilotage de la performance reste la priorité numéro un des directions financières. En effet, la production en temps réel d'une information de qualité, ciblée et pertinente les aide à anticiper les évolutions de l’entreprise et à prendre des décisions en connaissance de cause. L’exploitation des données internes (opérations, CRM, RH...) et externes à l’entreprise permet d’enrichir les modèles d’analyses. Face à la prolifération des données et ambitieux d’apporter plus de valeur au métier, 86% des directeurs financiers veulent ainsi exploiter les données de manière optimale afin de fournir rapidement une information de gestion de qualité. Pour le DAF en Grande Entreprise, le pilotage de la performance doit servir en premier à simplifier les informations (75%). Pour celui d’une PME - ETI, le modèle de pilotage doit être enrichi avec plus de détails et de dimensions (53%).

Participation à la stratégie de croissance

Sollicité par la direction générale, le directeur financier participe aux décisions métiers et stratégiques. Concernant le budget 2019, une direction financière sur deux mise sur une croissance de type organique, nourrie notamment par le renouvellement de l'offre (31%) et la réorganisation des activités de l'entreprise (28%). Il est aussi intéressant de noter que 15% des directeurs financiers tablent sur davantage de partenariats et d’alliances pour gagner en agilité. La compétitivité, fer de lance de la stratégie de croissance, sera renforcée par la maîtrise des coûts (54% des répondants) et par des investissements consentis aux innovations technologiques (55%) jugées nécessaires à l'accroissement de cette compétitivité et, in fine, à la croissance de l’entreprise.

Le rôle du directeur financier s'est largement étoffé depuis dix ans. Il est aujourd'hui essentiel pour exploiter au mieux les données, savoir identifier les points additionnels de croissance, de productivité et de maîtrise des coûts. Il est devenu un véritable partenaire de la direction générale dans la définition et la mise en oeuvre des stratégies de croissance.”- Maryse Lecutier, Associé PwC.

Digitalisation des processus

Le défi de la digitalisation des processus peut paraître complexe pour nombre de directions financières mais les avancées technologiques mettent à leur portée des solutions techniques simples et performantes, qui permettent aujourd’hui aux directeurs financiers et contrôleurs de gestion d’aller plus loin dans l'optimisation des processus financiers et de :

  • perfectionner la qualité de l’information et des analyses,
  • réduire le cycle de production des reportings,
  • optimiser les processus prévisionnels et décisionnels.

Autrement dit, les gains attendus de la digitalisation sont la rapidité et la fiabilité d’exécution, la traçabilité des données, une productivité accrue et une meilleure collaboration entre utilisateurs. Par ailleurs, 64% des directions financières veulent arriver en 2019 à la standardisation et l’harmonisation des processus.

Autre enjeu de la transformation digitale, la dématérialisation des cycles clients et fournisseurs, entamée depuis quelques années, reste une priorité pour 60% des directions financières. La dématérialisation des échanges est devenue un pilier des enjeux business car elle permet de réduire les coûts et est garante d’efficacité. On note également l’accélération de la digitalisation des processus de clôture, qui passe de 6% en 2018 à 28% en 2019. La robotisation des transactions se profile également et deviendra une réalité pour une direction financière sur cinq en 2019.

Gestion des talents

Les mutations observées actuellement (la digitalisation du pilotage des performances, la digitalisation des processus transactionnels) ont un impact indéniable sur les performances recherchées par les directions financières. La première compétence voulue pour accompagner ces transformations est une compétence managériale de coordination transverse. Pour 46% des directeurs financiers interrogés, il s’agit de se doter des compétences nécessaires pour mieux exploiter, analyser les données de gestion.

Ces compétences seront très largement développées en interne au sein des directions financières. Les autres défis à relever en matière de gestion des talents en 2019 concernent principalement la résistance au changement des pratiques actuelles. Les solutions privilégiées par les directeurs financiers sont la mobilité et les parcours croisés, en particulier dans les grandes entreprises. Dans les entreprises de plus petite taille, cette solution étant moins faisable, on va privilégier des approches classiques, de formation en particulier.

Maîtrise des risques

La perception des directions financières sur leur exposition aux risques (cybercriminalité, atteinte à l’image, espionnage, sabotage) augmente avec la taille de l’entreprise : 71% des grands groupes considèrent que leur exposition est forte ou très forte, contre 24% seulement des ETI et PME. Face à ce constat, les stratégies mises en œuvre pour se protéger diffèrent en fonction de la taille également. La diversification des activités de l’entreprise peut remettre en question l’intégrité des données et des systèmes d’information, ainsi que la sécurité des flux financiers. Les directions financières sont conscientes également que les nouveaux risques vont s’amplifier ou peuvent s’amplifier avec le tout-connecté.

Les grandes entreprises ont massivement investi pour se prémunir des cyberattaques. Pour plus d’une direction financière sur trois, les risques cyber pèsent autant dans la balance que les risques opérationnels exogènes. Pour les PME - ETI, les risques métiers (opérations, image) arrivent en tête de leurs préoccupations. Seulement 11% des PME - ETI disposent aujourd’hui de stratégie de prévention contre la cybercriminalité, l’atteinte à l’image, voire des tentatives d’espionnage ou de sabotage. Il est alarmant que les PME semblent finalement plutôt démunies face à ces risques. Les stratégies de placement financier en 2019 vont favoriser un élargissement des placements et une diversification dans l’optique de se prémunir face au risque (diversification géographique et de support choisi pour placer ces actions en trésorerie) et enfin, un choix de maturité différent afin d’optimiser les remous.

Conclusion

La priorité numéro un des directeurs financiers en 2019 reste le pilotage de la performance : mettre à disposition de l’entreprise des données fiables enrichies d’analyses à jour. Grâce à la digitalisation des processus, les directions financières gagnent en agilité et accompagnent plus efficacement la croissance de l’entreprise. Contribuer à la stratégie de croissance est actuellement la priorité numéro deux des directeurs financiers (l’étude prévoit qu’elle passe en tête des priorités en 2021, suivie de près par le pilotage de la performance, en tant que priorité numéro deux).

Dans le contexte de cette transformation digitale, les directions financières font face à de nouveaux risques liés à l'intégrité des données et la sécurisation des flux. Pour les maîtriser tout en soutenant la stratégie de croissance de l’entreprise, les directeurs financiers vont investir dans la recherche et porter une attention particulière au développement des compétences et des talents en interne. L’optimisation des processus, la fiabilisation accrue des prévisions et la prévention des risques sont quelques unes des stratégies plébiscitées.

Restez informé.